Lauréats des prix

Lauréats des prix 2018 d’OAC

Orthophonie et Audiologie Canada est heureuse de reconnaître les lauréats de prix suivants.

Pour tout complément d’information à propos du Programme de prix d’OAC, veuillez visiter cette page

Cliquez ici pour visualiser une liste des lauréats de prix antérieurs.

Cliquez sur le nom d’un prix pour accéder au profil biographique et à la photo du lauréat ou de la lauréate 2018.

Prix

Lauréats de 2018

Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations

Judy Meintzer, O. aut., O(C)

Prix Eve Kassirer pour réalisations professionnelles exceptionnelles

Lynne Brewster, Ph. D., L.S.L.S., Cert. AVT.

Prix du mentor

Aravind Namasivayam, Ph. D., O(C)

Prix d’excellence pour collaboration interprofessionnelle

Centre for Autism Services Alberta

Prix du rédacteur en chef

Développement d’un outil pour dépister le risque de retard dans l’acquisition des habiletés de littératie chez les enfants francophones

Susan Rvachew, Ph. D., O(C)
Phaedra Royle, Ph. D.
Laura M. Gonnerman, Ph. D.
Brigitte Stanké, Ph. D., M. O. A., M. Sc. Math.
Alexandra Marquis, Ph. D.
Alexandre Herbay, candidat au Ph. D.

Prix de l’examen de certification clinique national

Allison Ames, M. Sc., O. aut., O(C)

Lewis Smith, M. Sc., Aud(C)

Prix Isabel Richard pour la rédaction du meilleur article étudiant (cycle inférieur au doctorat)

Eleanor Campbell, B. A., candidate à la M. Sc.

Prix d’excellence pour associé étudiant

Helena Burrows, étudiante en orthophonie à l’Université de la Colombie- Britannique

Valérie Caza, étudiante en orthophonie à l’Université Laurentienne

Valérie Coulombe, étudiante en orthophonie à l’Université Laval

Megan George, étudiante en orthophonie à l’Université McGill

Karina Girard-Laprise, étudiante en audiologie à l’Université d’Ottawa

Jenna Haji, étudiante en orthophonie à l’université de Toronto

Ayesha L. M. Johnson, étudiante en orthophonie à l’Université Western

Francis L’Africain, étudiant en audiologie à l’Université de Montréal

Andrea Lau, M. Sc., O(C), Membre OAOO, programme d’orthophonie, Université d’Alberta

Andrew Mccormick, étudiant en audiologie à l’Université Western

Jaime Meunier, étudiante en audiologie à l’Université de la Colombie-Britannique

Katherine Morin, étudiante en orthophonie à l’Université Dalhousie

Maréva Savary, étudiante en orthophonie à l’Université du Québec à Trois-Rivières

Kegan R. Stephen, étudiant en audiologie à l’Université Dalhousie

Jenna Tremblay-Leger, étudiante en orthophonie à l’Université d’Ottawa

 


Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations

Décerné à un(e) membre ou associé(e) d’OAC (peut être décerné à titre posthume) qui a longuement servi de façon exceptionnelle et avec dévouement OAC et la profession d’orthophonie ou d’audiologie dans n’importe quel domaine; administration, éducation, bénévolat ou services cliniques. La personne doit être membre ou associé(e) d’OAC depuis 25 ans ou plus. La mise en candidature peut être faite par un(e) membre ou associé(e) d’OAC ou autre.

Judy Meintzer, O. aut., O(C)

Judy Meintzer

Profil biographique

Judy Meintzer a suivi sa formation officielle en orthophonie à l’Université de l’Alberta. Son parcours professionnel a été jalonné de divers postes de clinicienne, de chef de l’exercice et de superviseure en santé publique et communautaire. En plus de donner des cours magistraux à l’Université de l’Alberta et à l’Université MacEwan, Judy a occupé des postes auprès des ministères albertains de l’Éducation et des Services à la petite enfance et du Programme de santé publique de Services de santé Alberta (SSA). Elle a mérité des prix d’excellence professionnelle de la Régie de la santé de la capitale, du Conseil de coordination des services de rééducation de l’Alberta et de l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes de l’Alberta (OOAA). Son travail bénévole actif visant à améliorer la profession comprend des postes d’administratrice chez Accès Troubles de la Communication Canada (ATCC) et de présidente de l’association et de présidente du conseil d’administration d’OAC de 2012 à 2015. Son départ à la retraite récent de SSA lui permettra de se consacrer à la prestation de services aux personnes ayant le syndrome de Down et leurs familles et de vivre de plus d’aventures amusantes avec sa famille et ses amis (surtout ses petits-enfants!).

Haut de la page


Prix Eve Kassirer pour réalisations professionnelles exceptionnelles

Décerné à un(e) membre ou associé(e) d’OAC qui a beaucoup contribué aux domaines de l’éducation, des services cliniques, de l’administration ou de la sensibilisation du public et a favorisé le développement et la promotion de la profession d’orthophonie ou d’audiologie à l’échelle nationale ou internationale. Les candidats ont fait preuve de réalisations significatives et exceptionnelles, ont contribué à l’avancement de la profession et sont modèles pour les membres de sa profession.                 

Lynne Brewster, Ph. D., L.S.L.S., Cert. AVT.

Lynne Brewster

Profil biographique

Lynne Brewster est directrice de programme au Saskatchewan Pediatric Auditory Rehabilitation Centre (SPARC), un programme pour enfants ayant des troubles auditifs et leurs familles. Elle est audiologiste et thérapeute en techniques verboauditives certifiée. Lynne a obtenu son diplôme de baccalauréat en psychologie et son certificat en enseignement de l’Université de la Saskatchewan (campus de Regina), sa maîtrise ès sciences en audiologie du Collège d’État de Minot et un doctorat en psychologie de l’Université de Nottingham (Angleterre). Lynne est coordinatrice des services pédiatriques au sein de l’Équipe des implants cochléaires de la Saskatchewan. Elle a siégé à un certain nombre de groupes de travail et de groupes d’experts nationaux dans le domaine de la rééducation auditive pédiatrique. Elle a présenté des communications à des colloques d’AG Bell International, d’Auditory Verbal International et de Cochlear Implant au Canada, en Europe et aux États-Unis. Elle a été coprésidente du Comité ad hoc d’OAC chargé de rédiger l’Énoncé de position de 2006 de l’association sur les implants cochléaires chez les enfants au Canada. Elle bénéficie d’une adhésion à vie honorifique de l’Association des Élans de la Saskatchewan, des Élans du Canada et de la Pourpre royale du Canada. Lynne a une fille, prénommée Michelle, qui vit à Canmore (Alberta) avec son mari, Jim Oruski, et leurs deux enfants, Cole et Cody. Lynne vit avec son partenaire depuis 40 ans, colin Sargent, à Saskatoon (Saskatchewan). Elle souhaiterait remercier ses fabuleux collègues et sa famille extraordinaire de tout l’appui obtenu.

Haut de la page


Prix du mentor

Décerné à un(e) membre ou associé(e) d’OAC qui a influencé ou contribué de façon significative, à la formation clinique et/ou au perfectionnement professionnel d’étudiant(s) ou collègue(s) dans le domaine de l’orthophonie ou audiologie et ce, en tant que superviseur de stage, de mentor ou de professeur(e) d’université. Les candidats ont fait preuve de réalisations uniques et exceptionnelles dans le domaine du mentorat, ont contribué au perfectionnement professionnel des autres et servent de modèle pour les étudiants et collègues de la profession.

Aravind Namasivayam, Ph. D., O(C)

Aravind Namasivayam

Profil biographique

Le Dr Aravind Namasivayam, orthophoniste, possède un savoir-faire en travail auprès des populations cliniques et développementales ayant des troubles de la parole. Actuellement, il est scientifique/chercheur-conseil titulaire d’une bourse de recherche de l’Institut PROMPT de Santa Fe (Nouveau-Mexique), États-Unis. En plus d’être professeur auxiliaire à l’Université de Toronto, il siège comme conseiller à la rédaction/examinateur de plusieurs revues examinées par les pairs dans le domaine de l’orthophonie. Les champs d’intérêts cliniques et de recherche du Dr Namasivayam comprennent les troubles développementaux des sons de la parole, le bégaiement, l’intégration sensorimotrice et l’apprentissage des compétences motrices. Il mène des projets de recherche sur les traitements qui permettront d’améliorer les exercices fondés sur des données probantes.

Haut de la page


Prix d’excellence pour collaboration interprofessionnelle

Ce prix reconnaît la collaboration interprofessionnelle et souligne le rôle que jouent les orthophonistes et les audiologistes dans les équipes interprofessionnelles. Ce prix est présenté à une équipe interprofessionnelle qui a contribué au traitement de patients ou de clients ou au domaine de l’orthophonie ou de l’audiologie, ou qui a eu une incidence positive sur l’un ou l’autre par leur collaboration et leur travail d’équipe. Les équipes doivent comprendre au moins un(e) orthophoniste ou audiologiste membre ou associé(e) d’OAC et au moins deux autres professionnels de la santé, de l’enseignement ou d’un domaine approprié. Les équipes doivent montrer comment elles ont obtenu du succès à titre d’équipe interdisciplinaire.

Centre for Autism Services Alberta

Centre for Autism Services Alberta

Profil biographique

L’Équipe des services spécialisés du Centre for Autism Services Alberta (appelé « le Centre ») s’emploie à répondre aux besoins uniques des enfants et des familles gravement touchés par les troubles du spectre de l’autisme (TSA) et à relever tout défi connexe. Les services sont offerts par une équipe interprofessionnelle, y compris des analystes du comportement certifiés par les offices de réglementation, des ergothérapeutes et des orthophonistes, supervisés par une équipe de supervision interprofessionnelle. L’équipe exploite ses activités selon un modèle axé sur la personne/famille. Son cadre d’exercice prépondérant mise sur une « approche comportementale éclairée par le développement. Des pratiques étayées par des données empiriques sont intégrées à toutes les activités. Les possibilités d’inclusion et la participation de la famille sont maximisées. » Ce cadre, cependant, n’a pas toujours été en vigueur. Il fut un temps où les différences d’antécédents théoriques rendaient la collaboration plus difficile. L’équipe de direction a consacré d’innombrables heures à travailler ensemble afin d’aplanir ces différences et de trouver une façon de devenir un groupe interprofessionnel plus cohérent et efficace. En fin de compte, elle a découvert que les sciences développementales et comportementales se ressemblaient à bien des égards. Et que, si chaque discipline prenait le temps de comprendre les antécédents uniques de l’autre et travaillait avec elle, les effets positifs sur les familles et les enfants touchés par le TSA seraient augmentés. L’équipe applique maintenant ce cadre philosophique dans son exercice quotidien, menant à la mise en place d’une équipe interprofessionnelle intégrée et coordonnée, qui travaille de concert à combler les besoins individualisés des enfants et des familles.

Haut de la page


Prix du rédacteur en chef

Ce prix fait honneur au meilleur article publié dans la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie au cours de l’année précédente. Aucune adhésion à OAC n’est requise.

Lire la communication gagnante, « Développement d’un outil pour dépister le risque de retard dans l’acquisition des habiletés de littératie chez les enfants francophones : PHOPHLO » (le résumé est disponible en français, mais l’article est en anglais).

Susan Rvachew, Ph. D., O(C)

Susan Rvachew

Profil biographique

Susan Rvachew est professeure à l’École des sciences et troubles de la communication de l’Université McGill. Elle est une ancienne de l’Université de l’Alberta (orthophonie et audiologie, 1980) et de l’Université de Calgary (Ph. D., psychologie, 1995). Sa recherche porte sur l’élaboration d’interventions plus efficaces pour traiter les troubles des sons de la parole chez les enfants et pour prévenir les lacunes en lecture chez cette population. Avec ses collaborateurs, elle a mis au point trois outils logiciels et publié plus de 60 articles et deux ouvrages sur le développement et les troubles phonologiques.

 

Phaedra Royle, Ph. D.

Phaedra Royle

Profil biographique

Phaedra Royle est professeure titulaire à l’école d’orthophonie et d’audiologie, à l’Université de Montréal, et membre du centre pour la recherche sur le cerveau, le langage et la musique. Elle possède un doctorat en linguistique de l’Université de Montréal et a effectué des études postdoctorales à l’école des sciences et troubles de la communication de McGill. Ses intérêts résident dans les troubles du langage, l’acquisition du langage, la psycholinguistique, la neurolinguistique, le lexique, la morphophonologie et le traitement morphosyntaxique chez les populations francophones avec ou sans défis d’apprentissage et de communication (trouble développemental du langage, implants cochléaires, bilinguisme et vieillissement).

 

Laura M. Gonnerman, Ph. D.

Laura M. Gonnerman

Profil biographique

Laura Gonnerman est professeure agrégée à l’École des sciences et troubles de la communication de l’Université McGill. Elle a achevé son doctorat en linguistique à l’Université de la Californie du Sud, suivi d’un stage postdoctoral en psychologie et neurosciences à l’Université Carnegie Mellon. Sa recherche porte sur le lexique intellectuel, l’analyse des représentations et le traitement morphologiques et sémantiques. Elle utilise diverses techniques de recherche (études comportementales, neuro- imagerie et modélisation computationnelle). Son travail s’attarde à ce qui suit : 1) l’acquisition et le traitement des connaissances lexicales tout au long de la vie, de la petite enfance au troisième âge; 2) le rôle des données morphologiques en apprentissage pour lire l’anglais et les autres langues; et 3) le fractionnement des connaissances lexicales selon les différents troubles du langage. Elle vit à Montréal (Québec).

 

Brigitte Stanké, Ph. D., M.O.A., M. Sc. Math.

Brigitte Stanké

Profil biographique

Brigitte Stanké est professeure à l’école d’orthophonie et d’audiologie de l’Université de Montréal et Chercheuse au Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, depuis 2013. Ses recherches portent principalement sur l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe et plus particulièrement sur les origines cognitives qui sont à l’origine des troubles de l’apprentissage du langage écrit. Les recherches menées apparaissent novatrices, diversifiées et pertinentes sur les plans scientifique, pédagogique et social. Plusieurs thématiques ont été étudiées, mais une préoccupation pour les difficultés d’apprentissage de la lecture et de l’orthographe auprès de diverses populations (dyslexiques, dysorthographiques, jeunes ayant un trouble du traitement auditif) dans une visée de dépistage et d’intervention guide l’ensemble de ses travaux.

La professeure a fait état des résultats de ses travaux de recherche par la rédaction de divers documents scientifiques (chapitres de livres, articles, actes de colloques), dont certains articles publiés dans des revues savantes qui utilisent un processus d’examen par les pairs. La professeure a aussi fait la publication d’articles à caractère professionnel dans des revues à large diffusion, la publication de matériels dédiés à l’évaluation ainsi que du matériel d’intervention.

 

Alexandra Marquis, Ph. D.

Alexandra Marquis

Profil biographique

Alexandra Marquis est actuellement professeure adjointe en linguistique à l’Université des Émirats arabes unis. Elle a obtenu son Ph. D. en psychologie, avec spécialisation en psycholinguistique, de l’Université du Québec à Montréal. Pour son mémoire de thèse, elle a évalué des centaines de nourrissons préverbaux par rapport à leur traitement de la morphologie des verbes. Durant ses stages postdoctoraux, elle s’est penchée sur un outil d’évaluation des troubles de l’écriture selon des mesures du langage oral. Ses principaux intérêts de recherche résident dans l’étude de l’acquisition du langage chez les enfants unilingues et multilingues avec et sans trouble du langage. Tout au long de la dernière décennie, elle a mené des études appliquant diverses méthodologies, dont l’EEG, le suivi des mouvements oculaires et les méthodes comportementales traditionnelles, à la fois aux populations de recherche fondamentale et aux populations cliniques. Elle a également mis au point des outils pour l’évaluation du langage chez les enfants apprenant l’arabe et le français. Elle a publié des articles de recherche dans des revues telles que Cognition et Clinical Linguistics & Phonetics.

 

Alexandre Herbay, candidat au Ph. D.

Alexandre Herbay

Profil biographique

Alexandre Herbay est un candidat au Ph. D. à l’École des sciences et troubles de la communication de l’Université McGill. Il étudie maintenant les principes neuronaux sous-jacents au traitement du langage, à l’aide de potentialités événementielles en neurolinguistique et neurocognition dans des laboratoires d’étude du langage. Il met également au point des applis pour iPad (SAILS et Phophlo), en collaboration avec Susan Rvachew et le Laboratoire de phonologie infantile. Il a auparavant obtenu un baccalauréat en sciences informatiques à l’Université Paul-Sabatier (France) et un baccalauréat en linguistique et en psychologie à l’Université de Montréal.

Haut de la page


Prix de l’examen de certification clinique national

Ce prix est remis à un(e) membre d’OAC de chaque profession qui a obtenu la meilleure note à l’examen de certification clinique au cours de l’année précédente.

Allison Ames, M. Sc., O. aut., O(C)

Allison Ames

Profil biographique

Allison a grandi dans la petite ville d’Athabasca (Alberta) et a achevé ses études à l’université de l’Alberta avec une maîtrise ès sciences en orthophonie en 2017. Elle a commencé à s’intéresser à l’orthophonie par l’intermédiaire de sa sœur aînée Marilyn, qui se situait le long du spectre de l’autisme. Marilyn est une personne incroyablement bienveillante et généreuse qui inspire Allison à aider les personnes ayant des troubles de la communication à tisser des liens significatifs et à devenir des membres actifs de leurs collectivités.

Allison vit actuellement à Edmonton (Alberta) avec son mari, Will, et travaille à titre d’orthophoniste en milieu scolaire auprès de Services de santé Alberta (SSA). Elle a également offert bénévolement de son temps au AAC camp Alberta comme conseillère et organisatrice de camp. Dans ses temps libres, Allison aime passer du temps en plein air en plus de chanter à l’église et dans des chorales. À l’avenir, Allison aimerait utiliser son amour de la communication vocale et suivre une formation continue dans le domaine des troubles de la voix. Allison est honorée d’être la lauréate d’un prix d’OAC.

 

Lewis Smith, M. Sc., Aud(C)

Lewis Smith

Profil biographique

Lewis Smith a achevé son baccalauréat ès sciences en biochimie, à l’UBC d’Okanagan; et sa maîtrise ès sciences en audiologie, à l’Université Dalhousie. Depuis la fin de ses études, Lewis a travaillé chez McNeill Audiology, une clinique privée sur l’île de Vancouver. Lewis nourrit un intérêt particulier pour le diagnostic et la consultation. Son projet de recherche d’études supérieures a porté sur la perte auditive cachée et lui a valu l’honneur du projet ayant le plus grand mérite scolaire au sein de l’École des troubles de la communication humaine de l’Université Dalhousie.

Haut de la page


Prix Isabel Richard pour la rédaction du meilleur article étudiant (cycle inférieur au doctorat)

Prix décerné à un(e) associé(e) étudiant(e) d’OAC qui a rédigé le meilleur article portant sur un thème relié aux professions. L’article est jugé sur le style et le contenu. Les juges portent attention à la clarté du texte, ainsi qu’à sa concision et son organisation logique. Le contenu est jugé sur la précision des faits relatés et sur l’originalité de l’opinion exprimée.

Sujet : Comment les antécédents culturels et linguistiques de chaque patient ou client influent-ils sur les services orthophoniques ou audiologiques que vous offrez?

Eleanor Campbell, B. A., candidate à la M. Sc.

Eleanor Campbell

Profil biographique

Eleanor Campbell a grandi à Markham (Ontario) et elle est étudiante de troisième année au diplôme de maîtrise du Programme d’orthophonie de l’Université Dalhousie. Eleanor a achevé ses études de premier cycle en linguistique et en psychologie à l’Université d’Ottawa en 2015. Elle s’est portée volontaire à titre d’assistante à la recherche de 1er cycle au Laboratoire de la recherche du Centre pour le langage chez l’enfant de l’Université d’Ottawa, où elle a facilité la recherche sur l’acquisition du langage chez l’enfant.

Eleanor a consacré du temps comme bénévole auprès d’adultes aphasiques, en plus de travailler auprès des enfants comme conseillère de camp et coach de gymnastique. Ces expériences ont aidé Eleanor à acquérir et alimenter sa passion pour le travail auprès des enfants, des adolescents et des adultes avec ou sans handicaps.

Eleanor a également participé aux Dalhousie Toastmasters — un club d’art oratoire et de leadership — en tant que trésorière du club. Cette expérience lui a offert l’occasion d’améliorer ses compétences en art oratoire et surtout de faire connaître les troubles de la communication et l’orthophonie. Après la fin de ses études, Eleanor souhaite travailler auprès des enfants ayant le syndrome de Down et la dyspraxie verbale, et aussi travailler auprès des enfants et des adultes ayant des traumatismes craniocérébraux.

Veuillez cliquer ici pour lire la communication d’Eleanor (disponible en anglais seulement).

Haut de la page


Prix d’excellence pour associé étudiant

De chacun des programmes en orthophonie et en audiologie au Canada. Les candidats seront jugés être destinés à devenir les meilleurs professionnels de façon générale, devront avoir fait preuve d’un grand enthousiasme pour leur profession et avoir suscité chez leurs pairs le désir de contribuer au développement et à la croissance de l’orthophonie ou de l’audiologie.

Helena Burrows, étudiante en orthophonie à l’Université de la Colombie- Britannique

Helena Burrows

Profil biographique

Helena a grandi à Nelson (C.-B.) et elle achève actuellement sa maîtrise ès sciences en orthophonie à l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver. En prévision de l’obtention de cette maîtrise, elle a achevé un baccalauréat ès sciences, avec double spécialisation en psychologie et en linguistique à l’Université de Victoria. Elle a travaillé comme aide à l’enseignement, interventionniste comportementale et assistante à la recherche.

Grâce à ses expériences cliniques et pédagogiques continues, Helena a eu la possibilité de travailler avec les personnes aux diverses étapes de leur vie et celles ayant divers troubles de la communication et de la déglutition. Durant son programme de diplôme de maîtrise, Helena a nourri un intérêt particulier pour l’acquisition de l’alphabétisme chez les enfants d’âge scolaire et pour l’accent sur la participation constante aux interventions chez les adultes ayant des troubles acquis de la communication. Elle est particulièrement passionnée par le fait de rendre la thérapie pertinente par rapport aux intérêts et à la vie de chaque personne et de toujours réfléchir aux façons d’adapter une approche fondée sur des données probantes pour y arriver.

 

Valérie Caza, étudiante en orthophonie à l’Université Laurentienne

Valérie Caza

Profil biographique

Originaire de l’est de l’Ontario, Valérie Caza est étudiante à l’Université Laurentienne à Sudbury. Elle a complété son B. Sc. S. en orthophonie à l’Université Laurentienne où elle termine actuellement sa maîtrise en orthophonie. Depuis son entrée à l’université, elle est très impliquée dans les clubs et groupes étudiants avec un intérêt particulier pour la justice sociale. Durant l’été, elle travaille à Camp Winston, un camp d’été pour des enfants avec des troubles neurologiques. Lors de sa maîtrise, elle a eu l’occasion de travailler comme assistante à la Clinique universitaire d’orthophonie, de compléter un stage à Iqaluit et de faire de la recherche axée sur les enfants nés prématurés.

 

Valérie Coulombe, étudiante en orthophonie à l’Université Laval

Valérie Coulombe

Profil biographique

Valérie Coulombe a complété un baccalauréat en psychologie et poursuit ses études à la maîtrise en orthophonie. Elle poursuivra son parcours universitaire dans le domaine de la recherche sur le sujet de la prosodie émotionnelle.

 

Megan George, étudiante en orthophonie à l’Université McGill

Megan George

Profil biographique

Megan en est actuellement à la dernière année du programme d’études supérieures en orthophonie à l’Université McGill. Au cours de la dernière année, elle a achevé des stages cliniques chez un conseil scolaire, dans un établissement de soins de longue durée et dans une école spécialisée auprès des élèves ayant des handicaps développementaux. Elle représente actuellement ses condisciples à titre de vice-présidente de la Société des étudiants diplômés de l’École des sciences et troubles de la communication. Avant de fréquenter McGill, elle a obtenu son diplôme de 1er cycle en psychologie et mathématiques à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. Elle a mérité la Médaille du gouverneur général de l’École pour le meilleur rendement scolaire cumulatif d’un programme de 1er cycle de quatre ans. Elle a bien hâte de retourner dans sa province natale de l’Île-du-Prince-Édouard pour son dernier stage cet été et espère commencer sa carrière dans le Canada atlantique à l’automne 2018. Dans ses temps libres, elle aime faire de la randonnée et lire des romans britanniques du XIXe siècle. Megan est reconnaissante à l’endroit d’OAC pour cette distinction et aimerait remercier ses condisciples et professeurs d’avoir proposé sa candidature et de l’avoir choisie pour ce prix.

 

Karina Girard-Laprise, étudiante en audiologie à l’Université d’Ottawa

Karina Girard-Laprise

Profil biographique

Originaire du Saguenay-Lac-Saint, Karina Girard-Laprise a obtenu son baccalauréat en enseignement des sciences et de la technologie à l’Université du Québec à Chicoutimi. Désireuse de poursuivre ses études au deuxième cycle, c’est en explorant les différents programmes disponibles qu’elle tombe sur l’audiologie. Dès son premier jour à la maîtrise à l’Université d’Ottawa, Karina a le sentiment qu’elle saura s’épanouir pleinement en tant qu’audiologiste. Karina fait preuve d’empathie et d’ouverture avec chacun de ses patients. La future audiologiste est convaincue qu’elle a su développer ces aptitudes par ses expériences en enseignement, tant lors d’un stage en Belgique que lors de son dernier emploi chez AllôProf.

 

Jenna Haji, étudiante en orthophonie à l’université de Toronto

Jenna Haji

Profil biographique

Jenna est une future orthophoniste qui vise à être un catalyseur du changement.

Jenna a poursuivi un diplôme avec spécialisation en santé à l’Université Western. Grâce à son excellence sur le plan scolaire, elle a occupé une multitude de postes bénévoles et de direction. Elle a même fait publier une recherche en endocrinologie à l’âge de 18 ans. Jenna siège au conseil d’administration du Access Empowerment Council, un organisme sans but lucratif mondial qui inspire les jeunes marginalisés et sous-représentés et qui mobilise les aînés vivant de manière isolée.

La mobilisation communautaire de Jenna se poursuit alors qu’elle achève son diplôme de maîtrise à l’Université de Toronto. Elle est représentante des orthophonistes auprès de l’Interprofessional Healthcare Students’ Association et est active en défense des intérêts à titre de membre du Groupe d’intérêts des étudiants en orthophonie de l’Ontario. Jenna a organisé la première équipe d’orthophonistes pour la Marche d’Autism Speaks, qui appuie les personnes autistes.

Pendant que Jenna lance sa carrière, elle espère allier deux passions qui lui tiennent vraiment à cœur : la collaboration interprofessionnelle et la compassion dans le cadre de la prestation de services.

 

Ayesha L. M. Johnson, étudiante en orthophonie à l’Université Western

Ayesha L. M. Johnson

Profil biographique

Alors qu’elle grandissait dans un ménage trilingue, Ayesha baignait dans un milieu qui valorisait le langage. Ses intérêts ont fini par inclure l’anatomie et la physiologie, qui l’ont motivée à entreprendre un B. Sc. en kinésiologie à l’Université McMaster. Tandis qu’elle progressait vers l’obtention de son diplôme, elle était continuellement attirée par des possibilités où elle pourrait exercer un effet positif durable sur la vie d’autrui. Elle a mené un projet de recherche avec Grands Frères et Grandes Sœurs, dans le cadre duquel elle a examiné les effets du programme de mentorat sur la communication et l’estime de soi. Après son diplôme de 1er cycle, Ayesha a travaillé pour la campagne Bell cause pour la cause pour créer et gérer des programmes bilingues qui visaient à mettre un terme à la stigmatisation entourant la maladie mentale. Ayesha achève actuellement sa maîtrise ès sciences cliniques en orthophonie à l’Université Western. Elle a bien apprécié ses études de 1er cycle et assure actuellement l’intérim à titre de présidente du Conseil des étudiants de l’École des sciences et troubles de la communication. Ayesha est ravie d’amorcer une carrière aussi enrichissante et a très hâte de plaider en faveur de ses clients et de la profession. Dans ses temps libres, Ayesha aime voyager, lire un bon livre, s’adonner au yoga acrobatique et affûter ses compétences aériennes.

 

Francis L’Africain, étudiant en audiologie à l’Université de Montréal

Francis L'Africain

Profil biographique

Microbiologiste et immunologiste de formation, Francis L’Africain finit actuellement sa maîtrise professionnelle en audiologie à l’Université de Montréal (UdeM), laissant de côté la recherche fondamentale pour le milieu clinique. Récemment lauréat du prix Leadership - 2018 de l’École d’orthophonie et d’audiologie de l’UdeM, il démontre une belle capacité à motiver, rassembler et mobiliser ses pairs en s’impliquant dans de nombreux projets étudiants. Par ailleurs, Francis est également impliqué dans l’avancement de nombreux projets au sein de l’Association québécoise des orthophonistes et audiologistes (AQOA) et copréside actuellement le groupe d’intérêt en audiologie vestibulaire au Québec. Afin de peaufiner sa formation, il complètera dans les prochains mois son internat entièrement dédié à l’évaluation et au traitement de pathologies vestibulaires au Toronto General Hospital. Le domaine du vestibulaire étant son principal champ d’intérêt, Francis a récemment reçu un prix d’excellence - 2018 du Conseil multidisciplinaire du Centre universitaire de santé McGill pour l’implantation d’un protocole clinique servant à l’évaluation VEMP.

 

Andrea Lau, M. Sc., O(C), Membre OAOO, programme d’orthophonie, Université d’Alberta

Andrea Lau

Profil biographique

Andrea Lau est une orthophoniste qui vit actuellement à Ottawa (Ontario) avec son fiancé. Elle aime jouer au frisbee ultime et essayer de nouvelles recettes dans sa cuisine. Durant ses études de 1er cycle en sciences de la vie à l’Université de la Colombie-Britannique, elle a découvert — grâce à son travail bénévole auprès de la Société Alzheimer et à titre d’interventionniste comportementale auprès des enfants d’âge préscolaire — qu’elle était passionnée de venir en aide aux personnes de tous âges dans leur parcours vers la santé de la communication. Ainsi, Andrea a entrepris un diplôme de maîtrise en orthophonie à l’Université de l’Alberta, où elle a approfondi sa passion et grandi comme clinicienne stagiaire.

Andrea travaille actuellement à titre d’orthophoniste communautaire à temps plein et occupe des postes d’orthophoniste à l’Hôpital général de Brockville et dans un cabinet privé d’Ottawa. Andrea espère continuer de croître sur le plan professionnel et devenir une ardente défenseure de la santé de la communication!

 

Andrew Mccormick, étudiant en audiologie à l’Université Western

Andrew McCormick

Profil biographique

Andrew a achevé un baccalauréat spécialisé ès arts et sciences à l’Université McMaster, jumelant ainsi son diplôme en psychologie, en neurosciences et en comportement à une spécialisation en cognition musicale. Il a effectué de la recherche expérimentale axée sur le lien entre l’acquisition de la parole et du langage et la perception de la rythmique dans le cerveau en développement, en plus d’explorer les processus neuronaux chargés de la maîtrise de la musique, de la dramaturgie et des beaux-arts. Il a travaillé comme thérapeute comportemental auprès de personnes handicapées, comme assistant à l’enseignement et comme instructeur privé dans divers domaines thématiques, de la musique aux leçons de ski de fond.

Après une carrière de cinq ans dans l’industrie de la formation et du perfectionnement professionnels, Andrew a entrepris une carrière en santé, qui l’a mené à étudier l’audiologie à l’Université Western à London (Ontario). Il est stimulé à l’idée de travailler avec les populations de tous âges et a bien hâte d’être un membre actif d’OAC éventuellement.

 

Jaime Meunier, étudiante en audiologie à l’Université de la Colombie-Britannique

Jaime Meunier

Profil biographique

Jaime a grandi à Windsor (Ontario) avant de déménager à Hamilton pour fréquenter l’Université McMaster, où elle a achevé son diplôme de 1er cycle en psychologie, neurosciences et comportement avec une concentration en linguistique. Pendant son séjour à McMaster, elle a participé à des projets de recherche active à la fois au laboratoire de lecture et au laboratoire de sciences cognitives, et a offert bénévolement de son temps au département d’audiologie du Hamilton Health Science Hospital. Après avoir suivi des cours de 1er cycle axés sur l’audition et la psychologie, elle a avidement posé sa candidature pour achever sa maîtrise ès audiologie à l’Université de la Colombie-Britannique. Une fois à Vancouver, Jaime a participé à un salon de la santé des Jeux olympiques spéciaux et fait partie intégrante de l’organisation et de l’exploitation d’un événement du salon de la santé auditive pour adultes issus de la collectivité de Vancouver. Ces programmes de vulgarisation communautaire l’ont vraiment motivée à envisager l’audiologie comme choix de carrière.

Jaime prévoit retourner chez elle dans le sud-ouest de l’Ontario pour entreprendre une carrière en diagnostic et gestion des adultes. Elle espère également continuer de faire partie des événements communautaires qui mettent l’accent sur l’audiologie et l’éducation du public aux services de santé auditive.

 

Katherine Morin, étudiante en orthophonie à l’Université Dalhousie

Katherine Morin

Profil biographique

Kate Morin est née et a grandi à Ottawa (Ontario). Elle a achevé son diplôme de 1er cycle en thérapie musicale à l’Université Acadia située à Wolfville (Nouvelle-Écosse), suivi d’un stage chez Heartsparks Music Therapy à Halifax (N.-É.). Après avoir pris une année de congé pour voyager, elle a travaillé à titre de thérapeute de la musique certifiée chez Heartsparks Music Therapy, où elle a travaillé dans divers contextes auprès des enfants et des adultes ayant des retards de développement et un
TSA, des jeunes à risque, de la population gériatrique et des adultes ayant une maladie cognitive. Puisqu’elle savait qu’elle souhaitait retourner à l’école et achever un diplôme de maîtrise, Kate a exploré les avenues possibles qui viendraient compléter son travail et son expérience en thérapie musicale. C’est alors qu’elle a découvert le Programme d’orthophonie à l’Université Dalhousie.

Les intérêts de Kate dans le domaine de l’orthophonie sont variés, étant donné son expérience antérieure auprès de populations et groupes d’âges variés. Son rêve serait de travailler chez un établissement hospitalier en milieu rural aux nombreux diagnostics et groupes d’âges, et d’intégrer ses compétences de thérapeute musicale chaque fois que c’est possible. Peu importe où sa carrière la mène, Kate se consacre à être une clinicienne qualifiée et enthousiaste avec une passion pour les personnes avec lesquelles elle travaille.

 

Maréva Savary, étudiante en orthophonie à l’Université du Québec à Trois-Rivières

Maréva Savary

Profil biographique

Maréva Savary complète actuellement sa maîtrise en orthophonie à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Durant son baccalauréat en psychologie, elle a développé un vif intérêt pour l’étude du cerveau humain, la communication et la recherche. En effet, c’est à ce moment que ses expériences comme assistante de recherche et auxiliaire d’enseignement ont débuté, lui permettant de développer son esprit critique et sa curiosité intellectuelle. Maréva siège au comité d’organisation du Colloque en orthophonie des finissant(e)s et participe à plusieurs activités de promotion du programme d’orthophonie.

Ayant à cœur la prévention, Maréva s’implique aussi dans le milieu communautaire de sa région dans un programme de stimulation du langage chez les tout-petits. Ses expériences cliniques auprès d’enfants ayant des besoins spécialisés et d’adultes ayant subi un traumatisme craniocérébral ou présentant un trouble neurocognitif lui ont permis de se sensibiliser à l’importance de la communication et à la diversité des individus.

 

Kegan R. Stephen, étudiant en audiologie à l’Université Dalhousie

Kegan R. Stephen

Profil biographique

Kegan a achevé son baccalauréat ès sciences en chimie à l’Université Dalhousie. Il est ensuite retourné dans sa ville natale d’Antigonish (N.-É.) pour éventuellement y obtenir la possibilité d’un jumelage professionnel avec l’audiologiste public local. Il a ainsi appris l’existence d’une carrière professionnelle qui non seulement alliait ses intérêts pour les sciences, l’enseignement et l’aide à autrui, mais également comprenait une manière de faire une différence dans la vie des personnes de son entourage. Kegan a été témoin de l’effet de la perte d’audition sur la vie des gens, notamment un ancien collègue de travail qui devait plaider en faveur de traitements contre sa perte auditive et des grands-parents qui devenaient de plus en plus socialement isolés à cause de leur perte d’audition.

Par conséquent, il a posé sa candidature et a été admis au volet Thèse de l’École des troubles de la communication humaine de Dalhousie, où il a documenté le phénomène appelé perte auditive cachée. Depuis ce temps, il a été exposé à beaucoup de professions en santé et à la façon dont elles peuvent s’allier et se superposer pour permettre les meilleurs résultats de santé chez les patients. Il est fier de joindre le domaine croissant de l’audiologie alors qu’il s’apprête à retourner dans sa ville natale pour démarrer sa carrière.

 

Jenna Tremblay-Leger, étudiante en orthophonie à l’Université d’Ottawa

Jenna Tremblay-Leger

Profil biographique

Jenna a grandi à Shediac, une petite ville du sud-est du Nouveau-Brunswick. Avant de déménager à Ottawa pour concrétiser son rêve de suivre un programme devant la mener vers une M. Sc. S. en orthophonie, elle a achevé un baccalauréat ès arts avec spécialisation en linguistique à l’Université de Moncton, où elle a mené de la recherche sur les compétences narratives orales chez les enfants d’âge préscolaire. Elle a également offert bénévolement plusieurs années de son temps comme répétitrice auprès d’enfants dyslexiques, en plus de travailler directement avec un orthophoniste dans un établissement préscolaire. Après plusieurs expériences cliniques en rééducation et soins hospitaliers dans le cadre de son programme actuel, elle s’est découvert une nouvelle passion pour la population adulte/gériatrique. Elle a bien hâte d’accéder au monde clinique à titre d’orthophoniste, poste dans lequel elle apprendra des autres professionnels tout en aidant ses patients et clients à atteindre de nouveaux objectifs au quotidien. Jenna prévoit également se réserver du temps pour ses activités préférées : contempler des couchers de soleil, effectuer de longues randonnées et voyager partout dans le monde.

Haut de la page