13ème Colloque de logopédie

Type : 
En personne
Présentateur/Présentatrice : 
plusieurs
Date : 
le 7 novembre 2016 au 8 novembre 2016
Event Type: 
Live Event
Lieu : 
International
Catégorie : 
Orthophonie
Admissibilité aux ÉFC : 
Oui

Faculté des lettres et sciences humaines

Institut des sciences du langage et de la communication

Logopédie

Rue Pierre-à-Mazel 7

CH-2000 Neuchâtel

Appel à communication : ouvert du 12 janvier au 1er avril 2016

13ème Colloque de logopédie

De l’interagir à l’intervenir :

 Quelles clés ?

Neuchâtel, 7-8 novembre 2016

_________________________________________________________

Comité scientifique :

Marion Fossard (Université de Neuchâtel), Gwendoline Fox (Université de Neuchâtel), Arik Lévy (Université de Neuchâtel), Simone Marty Crettenand (Université de Neuchâtel), Danielle Matthews (University of Sheffield), Simona Pekarek Doehler (Université de Neuchâtel), Somayeh Rahmati (Université de Neuchâtel), Anne Salazar Orvig (Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3), Ludovica Serratrice (University of Manchester), Audrey Sublon (Université de Neuchâtel), Letizia Volpin (Université de Neuchâtel)

Comité d’organisation (Université de Neuchâtel) :

Natacha Cordonier, Marion Fossard, Marianne Grassi, Arik Lévy, Simone Marty Crettenand, Sarah Mung, Audrey Sublon, Letizia Volpin

Annonce

Pour rendre hommage à la Professeure Geneviève de Weck, le 13ème colloque de logopédie sera consacré au thème « De l’interagir à l’intervenir : quelles clés ? », thématique qui est au cœur de ses intérêts de recherche et qu’elle a explorée tout au long de sa carrière académique. Par son approche socio-interactionniste, elle a contribué au développement de la clinique logopédique en mettant en avant le rôle de l’interaction, qui ne peut être dissocié de sa dimension contextuelle et sociale : le type de discours, le contexte de production, le type d’activité, le type d’interlocuteur, etc., déterminent la situation d’interaction qui modulera l’entretien logopédique, de l’évaluation à l’intervention. Elle a notamment participé à la mise en évidence de l’existence de troubles discursifs ou pragmatiques, ainsi qu’à la reconnaissance des ressources dont les patients disposent et qui peuvent être exploitées dans la prise en charge thérapeutique.

Si le rôle de l’interaction en clinique n’est plus à démontrer, rares sont les approches qui intègrent explicitement les apports de l’interactionnisme social à l’intervention logopédique. Le 13ème colloque ne se contentera donc pas de souligner l’importance d’une telle approche – interactionniste – à la pratique, mais a pour ambition d’entreprendre l’examen de clés majeures de compréhension de l’ interagir pour un meilleur intervenir, à la lumière des dernières connaissances acquises.

Logopédistes et chercheurs, nous vous invitons à contribuer à cet événement en participant au colloque ou en présentant vos travaux récents en lien avec la thématique du colloque.

Thèmes

Les clés « de l’interagir à l’intervenir » permettront d’aborder les thèmes suivants :

Approches théoriques de l’interaction

  • Modalités des interactions (verbale et non-verbale, orale et écrite, etc.)
  • Socialisation à travers l’interaction et le langage
  • Lien entre compétences interactionnelles et capacités langagières (développement et troubles)
  • L’interaction comme cadre et/ou outils d’évaluation (grille d’observation, questionnaire, ...)
  • L’interaction comme forme d’intervention (systématisation, stratégies d’étayage et modèles d’intervention, utilisation et exploitation des ressources du patient)
  • Compétences interactionnelles de sujets bilingues/plurilingues
  • Expertise clinique au cœur de l’interaction (synthèses des expériences, prise en compte des valeurs du patient et accroissement des connaissances)

Conférenciers

Parmi les conférenciers invités, vous trouverez :

  • Mme Catherine Berney (Logopédiste au SPEA, HUG et en cabinet indépendant, Genève)

           Titre provisoire : Quels accompagnements parentaux aux différentes étapes de la consultation logopédique d'un jeune enfant ?

           http://www.inter-log.ch/

  • Prof. Nicola Botting (City University London)

           Titre provisoire : Dynamic Assessment of language and communication

           https://www.city.ac.uk/people/academics/nicola-botting

  • Prof. Virginie Laval (Université de Poitiers)

           Titre provisoire : Comment étudier la compréhension dans l’interaction sociale ?

           http://cerca.labo.univ-poitiers.fr/qui-fait-quoi/pages-personnelles/virginie-laval/

  • Prof. Stefano Rezzonico (Université de Montréal)

           Titre provisoire : L’apport de la recherche sur les interactions sur l’intervention logopédique

           https://sites.google.com/site/stefanorezzonico/home

  • Prof. Katharina J. Rohlfing (Universität Paderborn)

           Titre provisoire : Do children’s own pointing gestures scaffold their verbal behavior?- Evidence
from typically developed and late talking children

           https://aiweb.techfak.uni-bielefeld.de/user/rohlfing

  • Prof. Anne Salazar Orvig (Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3)

           Titre provisoire : Dialogue et interaction au cœur de la réflexion sur l’acquisition et la pathologie du langage

           http://www.univ-paris3.fr/salazar-orvig-anne-29869.kjsp

  • Prof. Audette Sylvestre (Université Laval, Québec)

           Titre provisoire : Interaction parent-enfant et développement langagier d'enfants négligés âgés de 3,5 ans

           http://www.vrrc.ulaval.ca/fileadmin/ulaval_ca/Images/recherche/bd/chercheur/fiche/1187255.html

Type de contribution

Nous encourageons les chercheurs et les cliniciens à soumettre leurs travaux. Hormis les conférences plénières, plusieurs sessions seront organisées en parallèle selon les formats suivants :

  • Communication orale : 20 minutes + 10 minutes de discussion
  • Posters : affichés durant des sessions spéciales ainsi que durant les pauses
  • Symposium : composés de 3-4 interventions partageant une thématique commune. Les  conférenciers peuvent choisir de contribuer au colloque sous forme de symposium. Le comité scientifique se réserve le droit de regrouper certaines contributions si la thématique le permet.
  • Atelier interactif : présentation orale de 1 heure, orienté vers la pratique et interactif avec le public

Chaque soumission fait l’objet d’un résumé (400 mots max) à soumettre en ligne (page soumission). Les responsables de symposium doivent préalablement soumettre une proposition au comité d'organisation.

Les soumissions se font sur le site du colloque : http://www.unine.ch/colloquelogo2016

Informations générales

Site web - http://www.unine.ch/colloquelogo2016
 
Lieu

Université de Neuchâtel - CH-2000 Neuchâtel

Salle: Aula des Jeunes-Rives, Espace Louis-Agassiz 1

Inscriptions

Les inscriptions seront ouvertes dès le 10 mai 2016 et se feront uniquement en ligne jusqu'au 15 octobre 2016.

Frais d’inscription

Les frais d'inscription comprennent le colloque, l’apéritif du lundi soir, les collations qui seront servies pendant les pauses, ainsi que le dossier avec le programme définitif et les résumés des conférences et présentations.

Les frais d’inscription varient en fonction du type de participation

Avec contribution :

                 - Intervenants (communication orale, poster, symposium) : CHF50.--/EUR46.-- 

Sans contribution :

                 - Inscription jusqu'au 15 septembre 2016 : CHF 180.--/EUR 164.--

                 - Inscription dès le 16 septembre 2016 : CHF 200.--/EUR 182.--

                 - Etudiants/doctorants : CHF 50.--/EUR 46.-- (sur présentation d'un justificatif)

Pour les cliniciens-formateurs avec bons de l'UniNE à 50% et/ou 100% :

Rabais selon le nombre de bons (max. 1 par jour)
Inscription obligatoire même pour les cliniciens-formateurs avec 2 bons à 100%

Repas du 7 novembre 2016 (soir) : sur inscription, à charge des participants.

Informations et adresse

Université de Neuchâtel

ISLC - Logopédie

Rue Pierre-à-Mazel 7 - CH-2000 Neuchâtel

tél.: ++41 / (0)32/718 18 29

fax: ++41 / (0)32/718 18 61

e-mail : secretariat.orthophonie@unine.ch

Dans ce document, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte.