Votez pour la santé de la communication 2019 : Détection et intervention précoces des troubles auditifs (DIPTA)

Tous les enfants du Canada méritent d’avoir accès à des services de santé auditive de qualité élevée au moment où cela compte le plus 


 

Bouton - Télécharger la version PDF de cette page Web

 

L’ENJEU


La fiche de rendement de 2019 publiée par le Groupe de travail canadien sur l’audition des nourrissons (GTCAN) fait état d’une disparité alarmante entre les services de santé auditive offerts aux enfants dans l’ensemble du Canada. Seuls quelques provinces et territoires du Canada ont obtenu la cote « suffisant » en ce qui concerne l’accès aux services de détection et d’intervention précoces des troubles auditifs, ce qui a entraîné un classement global « insuffisant » pour l’ensemble du pays. Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) exhorte les décideurs de tous les paliers gouvernementaux à accorder la priorité à la santé auditive et à veiller à ce que tous les enfants de ce pays, peu importe où ils vivent, aient également accès à des services de santé auditive de qualité élevée en temps opportun. 

 

LE CONTEXTE


La capacité de bien communiquer avec les autres est la base même du développement social, émotionnel et éducationnel d’un enfant. Plus tôt la perte auditive d’un bébé est détectée, plus vite les interventions visant à aider au développement du langage peuvent être entreprises afin que l’enfant puisse apprendre le langage (que ce soit le langage parlé, le langage gestuel, ou les deux) et communiquer avec le monde qui l’entoure.

 

 

Les programmes de détection et d’intervention précoces des troubles auditifs (DIPTA) ont pour but de favoriser la santé auditive des nourrissons de façon proactive et englobent les éléments suivants : 

le dépistage universel des troubles auditifs chez tous les nouveau-nés;

l’identification des bébés qui ont une perte auditive permanente;

les services d’intervention qui incluent du soutien pour la technologie et le développement des habiletés en communication;

le soutien de la famille;

la surveillance et l’évaluation du programme.

L’investissement dans la mise en œuvre et le maintien de programmes complets de DIPTA dans l’ensemble du Canada permettra à tous les paliers gouvernementaux d’effectuer des économies à long terme en réduisant la nécessité de recourir à un aussi grand nombre de services de santé et d’éducation spécialisés plus tard.

 

 

LA DEMANDE

Que le gouvernement fédéral établisse des lignes directrices nationales pour la santé auditive des enfants.

Ces lignes directrices, qui serviraient de feuille de route aux provinces et aux territoires, reposeraient sur les meilleures pratiques en place dans les provinces et territoires qui ont réussi à mettre en œuvre des programmes de DIPTA complets et durables. Bien que la santé relève des provinces et des territoires, le gouvernement fédéral se doit d’assumer un rôle de chef de file en matière de politiques et de guider les provinces et les territoires pour s’assurer que tous les enfants du Canada aient accès à des services de santé auditive de qualité élevée peu importe où ils vivent.

 

 

QUESTIONS À POSER AUX CANDIDATS DE VOTRE RÉGION :


Je suis préoccupé par le manque de programmes de détection et d’intervention précoces des troubles auditifs au Canada…

Comment votre parti compte-t-il veiller à ce que tous les enfants du Canada aient également accès aux soins de santé auditive?

Selon vous, quel rôle le gouvernement fédéral pourrait-il jouer pour veiller à ce que les provinces et territoires mettent en oeuvre et maintiennent des programmes complets de détection et d’intervention précoces des troubles auditifs?

 

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

 


  • Partager les graphiques d’OAC sur les médias sociaux.
  • Partager l’information qui se trouve sur cette page avec vos patients et clients, vos amis et votre famille.
  • Parler avec les candidats de votre région et leurs représentants au sujet de cet enjeu.
  • Imprimer des copies de cette page et les afficher dans votre école ou votre lieu de travail.

 

RESSOURCES ADDITIONNELLES D’OAC